Se diriger

Allures

L’allure correspond à la direction d’où provient le vent par rapport au bateau. Sur le schéma, le vent arrive d’en face (flèche bleue). Les allures les plus connues sont celles où il y a un bateau de représenté. Nous découvrirons bientôt que chaque allure comporte des réglages de voile différents.
Vous pouvez toutefois retenir que l’angle vent/voile s’appelle incidence ou angle d’attaque.

  1. Vent debout. Zone en rouge, c’est une direction qu’il est impossible de prendre (on dit remonter le vent). Les voilent faseyent, c’est-à-dire qu’elles bougent dans tous les sens comme un drapeau. Dans cette situation, le bateau n’avance pas, la grande voile n’a pas de résistance au vent il est donc facile de la hisser ou de la descendre.
  2. Près. C’est l’allure pour remonter le vent. La voile est presque dans l’axe du bateau. Si on se rapproche du vent debout cette allure est aussi appelée près serré. Nous sommes environ à 45° du vent.
    C’est une allure ou l’on est confronté aux vagues, car elles sont souvent orientées dans le sens du vent également.
  3. Bon plein.
  4. Petit largue.
  5. Travers. Nous passons aux allures portantes. Le bateau peut dans certains cas déjauger, c’est-à-dire sortir sa coque de l’eau.
  6. Largue. Le bateau peut subir la poussée des vagues, attention à bien garder sa direction.
  7. Grand largue.
  8. Vent arrière. La grand-voile est complètement ouverte. Le vent vient de l’arrière (facile !). Attention si on continue à abattre, on va faire passer les voiles de l’autre côté. C’est possible, mais c’est une manoeuvre (empannage), nous y reviendrons.

Quand le vent vient de devant (sur le schéma en 2, 3 ou 4) on parle d’allures de près.
Quand le vent vient de l’arrière (sur le schéma en 6, 7 ou 8) on parle d’allures portantes.

Quand la direction du vent se rapproche de la direction du bateau, on dit que le vent refuse : le bateau aura moins de facilité à avancer.
Quand la direction du vent s’éloigne de la direction du bateau, on dit que le vent adonne : le bateau aura plus de facilité à avancer.

Lofer / Abattre

 

Pour tourner, c’est simple on utilise la barre pour aller à gauche ou à droite…

Hey non. Nous n’allons toujours nous repérer avec le vent et l’allure du bateau.
Soit on se rapproche du vent : on dit qu’on lofe (1).
Soit on s’éloigne du vent : on dit qu’on abat (2).
Dans le cas où vous naviguez avec une barre franche, veillez à bien vous asseoir du côté inverse de vos voiles. Exemple : si vous êtes tribord amure (vos voiles sont donc du côté gauche), vous devez être assis du côté droit dans le cockpit. Partant de ce principe : si vous poussez la barre (vers les voiles donc) vous lofez, si vous tirez la barre (vers vous) : vous abattez.
Avec une barre à roue, c’est aussi simple qu’un volant : on tourne dans le sens ou l’on souhaite aller.

En lâchant la barre, si le bateau a tendance à se rapprocher du vent (lof) tout seul, on dit qu’il est ardent.
En lâchant la barre, si le bateau a tendance à s’éloigner du vent (abats) tout seul, on dit qu’il est mou.

Un changement brusque de la direction (du cap) s’appelle une embardée. Il y a :
Auloffée : si le bateau lofe.
Abatée : si le bateau abat.

Virer de bord

Virement de bord

Génial, je comprends tout ! Par contre, je ne comprends pas comment je dois faire si je veux aller dans la direction du vent ? Dans la direction 1 sur le schéma du dessus.Il n’est en effet pas possible d’aller dans la direction face au vent.
Il va falloir ruser en allant au près d’un côté (qu’on appelle bord), puis de l’autre. On dit faire des virements de bord (ou encore louvoyer). On met alternativement la voile d’un côté, puis de l’autre. Regardons le schéma :

En 1 je ne peux avancer. En 2 je fais de nombreux virements de bord en 3 je n’en fais qu’un seul.

Euh du coup il vaut mieux faire comme en 2 ou comme en 3 sur le schéma ? C’est quoi le mieux ?
En fait les méthodes 2 ou 3 reviennent au même : la destination et la distance restent la même (si si vous pouvez vérifier). La méthode 2 demande plus de manoeuvres (des virements de bord), mais permet de moins s’éloigner du point d’arrivée. Il faudra choisir en fonction de la carte, des connaissances de l’équipage, de l’état de la mer…

Empannage

L’empannage c’est le même principe qu’un virement de bord, mais vent arrière. Pour le dire autrement, c’est quand le vent passe d’un côté à l’autre, mais par l’arrière du bateau.
À la différence d’un virement de bord où vous vous retrouvez pendant quelques secondes face au vent et sans risques (cela freine le bateau), au vent arrière il n’y a pas cette sécurité. Si vous abattez trop, les voiles vont « d’un coup » changer d’amure (passer de l’autre côté). Nous verrons par la suite comment empanner en sécurité avec une manoeuvre.


Partager ce cours

Share

Continuer la formation

Allez moussaillon ! Du nerf avec le prochain cours :
Accélérer, Ralentir ›

Commentaires

Tu n'as pas compris quelque chose ? J'ai abusé sur le rhum sur une explication ? N'hésite pas, exprime-toi !
avatar
2 Fils de commentaires
2 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
3 Auteurs du commentaire
charlieLouisVincent Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Vincent
Invité
Vincent

Merci pour ces explications très ludiques 😁

Louis
Invité
Louis

« si vous poussez la barre (vers les voiles donc) vous lofez, si vous tirez la barre (vers vous) : vous abattez. »
Si on reprend le schéma et qu’on pousse la barre en étant à tribord armure, l’eau va pousser le côté qui rentre vers la coque, donc à bâbord ? Du coup le bateau tournera à gauche, et abattra plutôt que de lofer non ?

Louis
Invité
Louis

Ah non j’ai peut-être omis qu’il y avait un manche au gouvernail du coup le sens du mouvement s’inverse…