Sécurité : placements et déplacements

La voile est un sport ou il y a quelques règles à respecter avant de rester en sécurité.

Déplacements

Celui qui est censé se déplacer le plus est l’équipier Numéro 1.  Voici quelques règles :
Si le bateau est sur une des allures de près (près / bon plein / petit largue) : se déplacer du côté au vent du bateau.
Si le bateau est sur une des allures portantes (travers / largue / grand largue / vent arrière) : se déplacer du côté sous le vent.

À gauche, nous sommes sur une allure de près : l’équipier se déplace du côté au vent, à droite nous sommes sur une allure portante, l’équipier se déplace du côté sous le vent.

Essayez d’avoir le centre de gravité de son corps bas, il faut donc plutôt marcher recroquevillé que bien droit.
Toujours une main pour soi, une main pour le bateau. Ce qui signifie qu’avec une main on s’accroche à quelque chose du bateau et avec l’autre on fait sa manip.
Si le déplacement est dangereux, car la mer bouge trop, on s’accroche grâce à sa longe. Il s’agit d’une corde qu’on attache sur le gilet de sauvetage et qu’on vient accrocher avec un mousqueton sur une ligne de vie, encore une corde, sur le bateau cette fois.  Il arrive que même dans le cockpit à l’arrière il soit nécessaire de s’accrocher avec sa longe par sécurité.
Enfin, dès que le numéro 1 a terminé son travail à l’avant, il faut prendre l’habitude de revenir dans le cockpit.

Placements

Pour les équipiers, voici quelques règles pour se placer :
Sur des allures portantes (travers / largue / grand largue / vent arrière), éviter d’être debout dans le cockpit, voir même s’abaisser un peu. Explications : si la bôme vient à passer du côté gauche au côté droit (nous verrons par la suite qu’il s’agit d’un empannage, un changement d’amure vent arrière), elle balayera tout sur son passage (y compris l’équipier debout).
Toujours sur des allures portantes, éviter de s’asseoir dans le trajet de l’écoute de GV, toujours dans le cas ou la bôme passerait du côté droit à gauche, il agirait comme un fouet !

En cas d’empannage sauvage, la bôme passerait violemment du côté droit au côté gauche. L’équipier se trouvant au centre se ferait heurter.

Hey pourquoi ton histoire de bôme c’est dangereux qu’au portant, c’est pareil si je suis au près, la bôme peut passer de l’autre côté du vent et changer d’amure, au près de l’autre côté quoi…Tout à fait exact ! Seulement sur des allures de près, nous verrons par la suite que la bôme est bordée (elle est dans l’axe du bateau), donc si elle passe de l’autre côté, l’élan de la bôme sera moindre. Alors qu’au portant c’est l’inverse, la bôme est choquée, elle est grande ouverte et donc si elle vient à changer d’amure elle aura beaucoup d’élan. De plus, si le bateau change d’amure au près, déjà que l’élan de la bôme est court, elle va passer pendant quelques instants face au vent, là où les voiles ne portent plus (elles faseyent), la bôme a donc également moins de puissance. Bref, c’est moins risqué, mais il y a tout de même un risque. Prenez l’habitude de ne pas rester bien debout sur le trajet potentiel de la bôme.

 


Partager ce cours

Share

Fin du chapitre

Retour à la section

Commentaires

Tu n'as pas compris quelque chose ? J'ai abusé sur le rhum sur une explication ? N'hésite pas, exprime-toi !
avatar
  S’abonner  
Notifier de