Mouiller (jeter l'ancre)

Une envie de passer la nuit à la belle étoile ? Il est venu le temps découvrir comment mouiller. Mouiller c’est jeter l’ancre.
Jeter l’ancre est également un élément de sécurité, en cas de panne de moteur par exemple.

Prérequis

  1. Définir la zone ou l’on va mouiller 
    Admettons que vous avez repéré cette magnifique petite île… Ou décidez-vous de passer la nuit ? En 1 ou en 2 ?
    C’est l’emplacement 1 qu’il faut privilégié si on se base sur le vent. En effet, vous serez plus abrité avec la montagne du vent qui vient de l’est.
    On mouille donc sous le vent de l’île. On pense aussi à regarder l’évolution de la météo (pour y passer la nuit par exemple).
  2. Définir une communication gestuelle
    La manoeuvre se fait en duo entre le barreur et un équipier à l’avant au niveau de la proue. Il est donc capital de bien définir avant la manoeuvre une communication gestuelle entre ces 2 personnes. Actions à définir :

    • Avancer / Reculer
    • Stopper les gaz
    • Gauche / Droite
    • Mouiller = jeter l’ancre
  3. Anticiper le rayon d’évitage
    Une fois que vous aurez jeté l’ancre, en fonction du vent, le bateau va tourner autour de la chaîne, dans ce qu’on appelle un rayon d’évitage. Il faut choisir son emplacement pour prévoir que dans cette zone ce soit clair : pas d’autres bateaux, des fonds suffisamment profonds…
  4. Calculer la longueur de chaîne
    Ce n’est pas uniquement l’ancre qui maintient le bateau, mais le fait que la chaîne est déroulée et repose sur le fond.
    On laisse du mou ou tire sur l’ancre à l’aide d’un guindeau. C’est un treuil / un moteur qui va vous permettre de dérouler ou enrouler la chaîne avec un interrupteur. Sur certains voiliers, il n’y a pas de guindeau, parfait pour se faire les muscles !
    Une fois l’emplacement identifié, regardez la profondeur d’eau sur le sondeur. Cette dernière va vous permettre de déterminer la longueur de chaîne à lâcher. Vous pouvez prendre 3 fois la profondeur d’eau. Plus la mer est agitée (vent, houle…), plus vous pouvez ajouter de la longueur de chaîne.  S’il y a des marées, il faudra faire un calcul de marée  pour trouver la hauteur d’eau lors de la pleine mer (maximale donc).
  5. Choisir les fonds
    Enfin, il faut privilégier de jeter l’ancre et la chaîne sur du sable (indiqué S sur les cartes marines). Ça passe aussi sur de la vase (M sur les cartes).
    Évitez absolument les algues (comme les posidonies), c’est un coup à tout massacrer et il faudra des années à la flore marine pour se reconstituer.
    Évitez également les fonds rocheux (R sur les cartes), l’ancre glisse.

 

Étape 1 : Tour d’honneur

Barreur : affaler les voiles et démarrer le moteur. Sachez qu’on peut aussi faire la manoeuvre à la voile, mais nous allons nous concentrer sur la méthode classique. Si vous avez un guindeau électrique, il aura besoin du moteur pour fonctionner.
Barreur : faire un tour sur la zone pour repérer les dangers,  les autres bateaux, anticiper le rayon d’évitage. L’objectif est de visualiser une arrivée face au vent sur la manoeuvre finale.
Équipier : (au niveau de la proue) aide le barreur à se faufiler s’il y a d’autres bateaux ou dangers, met l’ancre au clair, et repère les fonds
Barreur : dès l’emplacement repéré, regarder le sondeur pour obtenir la profondeur d’eau et calculer la longueur que l’équipier à l’avant devra larguer.

Étape 2 : Approche face au vent

Barreur : arriver doucement sur la zone repérée en se mettant face au vent. Mettre le moteur au point mort. Donner l’instruction à l’équipier à l’avant de mouiller : « On mouille » ou / et le geste défini dans les prérequis.
Équipier : larguer l’ancre et dérouler la chaîne pour atteindre le fond. L’équipier peut annoncer « A pic » lorsque l’ancre touche le fond.

Étape 3 : Marche arrière

Barreur : mettre une légère marche arrière.
Équipier : continuer à dérouler la longueur de chaîne calculée (dans les prérequis).

Étape 4 : Vérifications

Barreur :  Prendre plusieurs relèvements entre le bateau et la côte pour s’assurer que l’ancre tient et ne bouge pas. On peut aussi mettre un point sur le GPS pour voir si le bateau ne bouge pas (en dehors de son cercle d’évitage).
Équipier : Accrocher et hisser la boule de mouillage, de nuit allumer le feu de mouillage.
Si y’a doute, y’a pas doute : recommencer la manoeuvre

 


Partager ce cours

Share

Fin du chapitre

Retour à la section

Commentaires

Tu n'as pas compris quelque chose ? J'ai abusé sur le rhum sur une explication ? N'hésite pas, exprime-toi !
avatar
  S’abonner  
Notifier de