Les voiles

Composition d’une voile

Commençons par… du vocabulaire, eh oui, encore ! Toutes les voiles comportent ces points communs, qu’il faut connaître.

voile

  1. Point d’écoute.
  2. Point de drisse. Permets de hisser la voile en hauteur.
  3. Point d’amure.
  4. Chute. Bord de la voile entre le point d’écoute (1) et le point de drisse (2).
  5. Bordure. Bord de la voile entre le point d’écoute (1) et le point d’amure (3).
  6. Guindant. Bord de la voile entre le point d’amure (3) et le point de drisse (2). Le guindant c’est aussi le côté de la voile qui reçoit en premier le vent

La grande voile

Notre voilier comporte une voile à l’arrière, la Grande Voile (qu’on appelle aussi GV).
Voyons comment elle est composée.

grand-voile-gv

  1. Oeillet de prise de ris. Ce sont des anneaux qui permettent de réduire la taille de la GV pour recevoir moins de vent (on dit prendre un ris). Si vous regardez bien il y a un anneau (oeillet) en face (sur la chute). Nous découvrirons comment prendre un ris par la suite. Une fois réduite, à l’inverse, on peut réagrandir la voile, on dit qu’on lâche un ris.
  2. Penon. C’est un bout de laine ou un ruban de tissu qui permet de voir si vos réglages de voile sont justes. On reviendra aussi sur ces réglages plus tard, pour le moment, concentrez-vous sur le vocabulaire.
  3. Latte. On place des lattes rigides sur le tissu de la GV pour améliorer son profil. On place la latte dans un fourreau de latte.
  4. Garcettes. Il s’agit de petits bouts de cordes qui permettront d’enrouler la voile à mi-hauteur lorsqu’on prendra un ris. On fera un noeud autour de la voile avec les garcettes situées de chaque côté.
  5. Oeil de Cunningham. C’est un anneau permettant d’autres réglages sur la voile, sur le guindant.

Voile d’avant

Notre voilier comporte une voile à l’avant (qu’on appelle aussi VA ou foc).
Quel est le rapport entre les phoques et la voile ?
Mouais, je vais faire comme si je n’avais rien entendu… Il existe des dizaines de VA qu’on met en fonction de la puissance du vent, mais aussi de la direction dans laquelle on va. Le guindant de notre voile d’avant est généralement fixé à l’avant, sur l’étai, par le biais de petits mousquetons. Contrairement à la GV la fabrication de la VA est généralement plus simple, bonne nouvelle cela fait moins de vocabulaire !
Voici quelques exemples de voiles d’avant que vous pourrez rencontrer.

Génois

genois3

 

Le génois est très utilisé. Il est souvent installé sur un enrouleur, proche de l’étai : cela permet de pouvoir le dérouler tout en restant à l’intérieur du cockpit sans avoir à aller à hisser la voile à l’avant. C’est également pratique, car il est possible de le dérouler plus ou moins en fonction du vent, comme lorsqu’on prend un ris avec la GV.
Remarquez que sur un génois, la bordure descend près du pont (au sol). Le génois est une voile à grand recouvrement c’est-à-dire que sa chute va derrière le mât et superpose en partie la grand-voile.

Solent

solent

Son recouvrement est de 100% (la voile va jusqu’au mat, mais ne le dépasse pas). C’est une voile que l’on met quand le vent vient de devant (allure de pré pour les experts).
Mêmes formes que le solent mais légèrement plus petites on trouve la trinquette, puis encore plus petite l’ORC (synonyme de gros temps).

Tourmentin

toumentin

Toute petite voile « tempête », quand il y a beaucoup de vent. On l’appelle aussi le « string », je vous laisse comprendre…
Vous remarquerez qu’on l’a installée un nouvel étai dit « largable » : on met alors un nouveau câble en fonction de la voile et de la configuration (on pourrait aussi pu imaginer de l’installer sur l’étai à l’avant).

Spi

spi-asymetrique

Aussi appelé aussi spinnaker, c’est une voile qui ressemble à un « parachute » que l’on met quand le vent vient de l’arrière (et donc que le bateau se fait pousser). Il existe deux types de spi :

  • symétrique : un bras appelé tangon maintient la voile (schéma ci-dessus).
  • asymétrique : ne nécessite pas l’emploi d’un tangon.

Mais aussi…

Pour votre culture voici d’autres noms de voile d’avant :

  • Yankee : voile avec point d’écoute haut.
  • Gennaker : utilisé pour le vent venant de l’arrière (allure portante), mais avec un vent moins puissant que pour le spi.
  • Code 0 : petit gennaker

Housse de rangement

Pour protéger la grande voile des UV du soleil et de la lune, on la range le soir dans une housse appelée taud. On plie la GV en accordéon sur la bôme, puis le taud la recouvre. Cette housse est fermée au moyen de scratch ou d’une fermeture d’éclair, mais on peut aussi utiliser des rabans (ce sont des petits morceaux de corde à usage divers) pour faire des noeuds autour du sac.
Notez qu’il existe un autre système de rangement composé d’un sac reste qui reste en place sur la bôme (lazy bag) et de cordes (lazy jack) qui permettent de diriger la chute de la voile directement dans le lazy bag. Plus simple, plus pratique (plus cher aussi), mais pas forcement sur tous les bateaux.

taud-grand-voile


Partager ce cours

Share

Continuer la formation

Allez moussaillon ! Du nerf avec le prochain cours :
Les cordages ›

Commentaires

Tu n'as pas compris quelque chose ? J'ai abusé sur le rhum sur une explication ? N'hésite pas, exprime-toi !
avatar
  S’abonner  
Notifier de