Mise à la cape

Mettre le bateau à la cape est une manoeuvre qui permet d’arrêter le bateau en quelques secondes. C’est une position très pratique pour faire une pause pour l’apéro le goûter par exemple.

Prérequis

  • Avoir suffisamment de vitesse
  • Veille 360 (pas de bateaux dans la nouvelle trajectoire, c’est à dire à 90°, au niveau de mon épaule au vent).

Étape 1 : Annonce

Barreur : Demander à ses équipiers s’ils sont prêts à effectuer le virement avec la phrase : « Paré à la mise à la cape ? ».
Équipiers : Une fois que les équipiers sont prêts, ils peuvent répondre : « Paré ».
Barreur : Annonce le début de la manoeuvre : « J’envoie ! ».

Étape 2 : Auloffée

Barreur : Lofer progressivement pour passer devant le vent puis se retrouver sur l’autre amure.
VA : On ne touche à rien ! L’objectif est de gonfler la voile d’avant dans le mauvais sens, on dit « bordée à contre ». 

Étape 3 : Mise à la cape

GV : Choquer en grand.
Barreur : Mettre le safran dans le sens opposé de la bôme. Si c’est une barre franche pousser la barre vers la bôme, si c’est une barre à roue, tourner la roue dans le sens opposé à la bôme. 

C’est terminé ! Le bateau est arrêté.
Pour repartir, il suffit de passer la voile d’avant de l’autre côté (en choquant l’écoute qui porte la voile) et de reborder la GV.


Le livre

Partager ce cours

Continuer la formation

Allez moussaillon !
Du nerf avec le prochain cours :
Virement de bord ›

Commentaires

Tu n'as pas compris quelque chose ? J'ai abusé sur le rhum sur une explication ? N'hésite pas, exprime-toi !
S’abonner
Notification pour
guest
21 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Benoît
Benoît
4 années il y a

Salut, merci pour les explications très claires.
J’ai quand même une question : pourquoi ne pas juste virer de bord et se retrouver vent de face ? Cela arrête bien le bateau non ?

Patrick
Patrick
Répondre à  Benoît
2 années il y a

Bonjour, accessoirement, par respect pour les voiles et le gréement, c’est toujours très mauvais de les laisser faseiller surtout dans du vent fort. Merci à Charlie

pipomelo
pipomelo
4 années il y a

Salut.. Merci pour ces explications.

Jean-Luc
Jean-Luc
3 années il y a

Bonjour,
peut-on se mettre à la cape dans la brise pour se mettre en sécurité en attendant que ça passe ?

Nico
Nico
3 années il y a

Bonjour, peut-on ce mettre à la cape pour d’un homme à la mer ou la distance parcours sera trop importante pour récupérer la personne ?
Merci

Phil
Phil
Répondre à  Nico
3 années il y a

Oui, et c’est une très bonne chose. Dans le cas d’un HLM suivi immédiatement d’une mise à la cape, le bateau ne se sera éloigné que de qq dizaines de mètres, et va dériver dans sa direction. Même si la mise à la cape ne se fait pas immédiatement, cela permettra d’arrêter le bateau afin de ; se poser et réfléchir aux actions à entreprendre, rétablir le lien visuel, lancer le feu à retournement, alerter (VHF), noter le point GPS, démarrer le moteur, etc.
C’est LA manoeuvre à expliquer à un équipage inexpérimenté.

Norbert GONNORD
Norbert GONNORD
2 années il y a

Bonjour,
Je ne vais pas dire que c’est un abus sur le rhum, simplement une erreur de graphisme.
Sur la vue n°2, la GV ne peut pas être restée sur tribord, elle est passée bâbord. Une symétrie par rapport à la bôme s’impose.
Félicitations pour la clarté de la présentation. Je découvre le site. Je vais le parcourir et si je découvre d’autres coquilles ….

Norbert GONNORD
Norbert GONNORD
Répondre à  charlie
2 années il y a

Tu vas dire que je suis pinailleur (chiant ???) .. mais c’est pour t’aider à tutoyer l’EXCELLENCE …. tu y es presque !
Il faut passer la bôme de l’autre côté du gouvernail ….
@+

julien scali
julien scali
2 années il y a

Mettre à la cape ou mettre en panne peut se faire sans vitesse et sans obligation de loffer. Vous pouvez très bien abattre ou virer lof pour lof. Mettre à la cape est plus souvent utilisé dans une mer formée pour remettre de l’ordre dans les écoutes, faire un point sur la situation ou parer à un éventuel problème, se reposer, laisser courir etc…

ThierryDesPennes
ThierryDesPennes
2 années il y a

Bonjour et merci pour ces explications
Peut-on profiter d’une mise à la cape pour affaler la GV ou prendre un ris en solo ?
Est ce la manoeuvre privilégiée ?
Thierry

Gilles
Gilles
Répondre à  ThierryDesPennes
2 années il y a

Personnellement, le prends parfois les ris en solo de cette manière., Surtout si je suis déjà trop surtoilé pour faire route au près bon plein, ou si le plan d’eau n’est pas dégagé à mon vent.

PASCAL PELLERIN
PASCAL PELLERIN
1 année il y a

Bonjour,
Vous écrivez : « L’objectif est de gonfler la voile dans le mauvais sens ». Il faudrait juste préciser « voile d’avant » car cela peut prêter à confusion !!
Pas mal du tout votre site !! A lire sans modération

PASCAL PELLERIN
PASCAL PELLERIN
Répondre à  charlie
1 année il y a

Quelle réactivité ! merci . Je continue à lire ton site !!!

Florence
Florence
5 mois il y a

Bonjour,

À l’étape 2 sur un monocoque, j’imagine qu’il est important que les équipiers soient assis à tribord ? La gite doit être importante ?

Taoufik
Taoufik
28 jours il y a

Bonjour et merci pour le site très riche et concis à la fois.
Est-il possible de se mettre à la cape sous GV seule ? (génois complètement enroulé ou affalé).
Si oui, Comment faire ???? ?
Merci

CATHERINE MARCINCAL
CATHERINE MARCINCAL
3 jours il y a

J’aurais bien précisé aussi qu’il faut bloquer la barre et la bloquer sous le vent (c’est à dire du même côté que la bôme) si on compte y passer du temps. L’apéro le gouter peut s’eterniser et on ne va pas rester bêtement à tenir cette barre.
essplication : le génois bordé à contre tend à faire abattre le voilier tandis que la barre tend à faire loffer. La GV est neutre et n’a pas d’action. Le tout est stable et dérive lentement.
Anne Praga

MAYDAY, MAYDAY, MAYDAY
Reste informé !

Hey mousse, restons en contact, abonne-toi à la newsletter et ne manque plus aucune nouveauté !