Prise de ris / Lacher de ris

Pour rappel, prendre un ris c’est réduire la taille de la GV en repliant une partie au niveau de la bordure. On dit aussi ariser.
Lâcher un ris, c’est l’inverse, on agrandit la taille de la GV en dépliant un ris qu’on avait pris.

Ok mais pourquoi je devrais réduire la taille de la GV, çà semble encore compliqué ton histoire.

Mais non ! s’il y a trop de vent et que votre voilier gîte trop, part au lof (il est ardent), la barre est dure ou difficilement manoeuvrable, que même en choquant l’écoute de GV vous avez du mal à le tenir : il est temps de prendre un ris.
A l’inverse, vous pouvez relâcher le ris lorsque les conditions s’améliorent.
En sortant du port, n’hésitez pas à prendre un ris lorsque vous hissez la GV : il vaut mieux relâcher un ris par la suite et jouer la carte de la prudence. On dit qu’il faut porter la « toile du temps ».

Prendre un ris

prise-de-ris

Prérequis

  • Du vent / Surpuissance / Départ au lof / Ardent..
  • Être au bon plein
  • Veille 360

Étape 1 : Enlever les tensions

Piano : Border la balancine (pour retenir la bôme quand tout sera choqué).
Piano : Choquer le hale-bas.
GV : Choquer l’écoute.

Étape 2 : Faire descendre la GV

Piano : Reprendre la tension de la drisse GV au winch (en bordant quelques centimètres).
Piano: Choquer la drisse de GV en coordination avec le numéro 1.
Numéro 1 : Descendre GV jusqu’à l’oeillet de ris souhaité (1) (2) (3) et accrocher dans le croc de ris (4).

Étape 3 : Reprendre les tensions

Piano :  Étarquer la drisse de GV. Cela va coincer l’oeillet du ris dans le crochet, il deviendra le nouveau point d’amure.
Piano : Étarquer la bosse de ris correspondante au ris pris (1, 2 ou 3). Elle remplacera la bosse d’empointure.
Piano : Reprendre les autres bosses de ris pour qu’ils ne soient libres : ni tendus, ni mou.
Piano : Border le hale-bas.
Piano : Choquer la balancine pour qu’elle soit libre : ni tendue, ni molle.
Numéro 1 : Attacher le morceau de voile qui est descendu grâce aux garcettes (5).
GV : Border l’écoute pour reprendre la route.

Lâcher un ris

Même opération, à l’inverse, pour libérer de la voile cette fois. Il ne faudra pas oublier de choquer les bosses de ris (à l’étape 1) pour qu’on puisse hisser la voile.

Voile d’avant

Il est également possible de réduire la taille du génois en l’enroulant. Il y a généralement 3 repères sur le génois.
Il suffit de se placer au portant pour réduire le vent apparent, puis de tirer sur le bout d’enrouleur.
On évitera tout de même de prendre un ris sur le génois, cela l’abîme. Il est préférable de changer le génois par une voile d’avant plus petite. Pour cela, on peut installer un étai largable, c’est un étai supplémentaire qui va nous permettre de gréer une nouvelle voile plus adaptée aux conditions.


Partager ce cours

Share

Continuer la formation

Allez moussaillon ! Du nerf avec le prochain cours :
Homme à la mer : méthode ralingue ›

Commentaires

Tu n'as pas compris quelque chose ? J'ai abusé sur le rhum sur une explication ? N'hésite pas, exprime-toi !
avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
1 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
rine Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
rine
Invité
rine

j’ai vu dans un spectacle un régisseur regrouper un rideau sur une perche avec une guinde et au moment où le rideau devait se déployer dans le spectacle, il a tiré sur une guinde et le rideau s’est déployé… c’était une technique de marine.. il me l’a expliqué et je ne m’en souviens plus et j’en aurai besoin… est-ce que vous avez une piste? merci! c’est un peu une bouteille à la mer…